La gestion déléguée des parcs de stationnement à Cergy-Pontoise

Depuis juin 2010, la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise a délégué la gestion des 23 parcs de stationnement et des parcs dédiés aux vélos à VINCI PARK CERGY-PONTOISE, société filiale du groupe VINCI PARK. Ce service ne nécessite pas une grande technicité.

Ce contrat de délégation de service public d’une durée de 8 ans codifie la gestion au quotidien des parcs relais près des gares et des parcs d’utilité locale et attribue, par ailleurs, à VINCI la réalisation de 1,620 M€ H.T. d’investissements directement financés par la CACP.

VINCI, dont le savoir-faire n’est pas contesté, bénéficie d’un bon contrat qui lui permet d’encaisser les recettes des usagers ( abonnements mensuels, prix des stationnement…) bien avant de payer ses charges, telles les salaires, les fournitures… Ce décalage favorise la trésorerie et le besoin en fonds de roulement de l’entreprise.

Un simple regard sur les comptes annuels de résultat de VINCI PARK CERGY-PONTOISE le confirme :

Année 2010 (7 mois) : 222 856€ de bénéfice net avant impôt sur les sociétés pour un chiffre d’affaires H.T. (total produits) de 1 016 388€. Taux de rentabilité de 21,9%.

Année 2011 : 304 247€ de bénéfice net avant impôt sur les sociétés pour un chiffre d’affaires H.T. de 2 032 930€. Taux de rentabilité de 15%.

Année 2012 : 396 815€ de bénéfice net avant impôt sur les sociétés pour un chiffre d’affaires H.T. de 2 120 995€. Taux de rentabilité de 18,7%.

Il s’agit là d’une rentabilité mesurée par rapport au chiffre d’affaires hors taxes.

Si ces parcs étaient exploités directement en régie publique par la CACP, tenue au simple équilibre entre les charges et les recettes, les usagers bénéficieraient de tarifs de stationnement inférieurs de 20% à ceux actuellement en vigueur.

Si nous raisonnons en termes de rémunération de l’actionnaire en rapportant les résultats au capital social de 10 000 euros engagés dans la société VINCI PARK CERGY-PONTOISE par la société mère, la rentabilité explose tous les ratios les plus favorables.

La fréquentation réelle des parcs, largement supérieure aux prévisions, explique en partie cette rentabilité hors norme, laquelle norme admissible en l’occurrence serait de l’ordre de 2 à 3% par rapport au chiffre d’affaires.

Il faut déplorer que le contrat de délégation n’ait pas prévu la possibilité pour la CACP de baisser les tarifs en ce cas de fréquentation réelle supérieure aux prévisions.

A noter enfin que la société VINCI PARK CERGY-PONTOISE est domiciliée à Nanterre et ne paie pas ses impôts locaux (contribution foncière économique et contribution sur la valeur ajoutée des entreprises, qui ont remplacé la taxe professionnelle) à Cergy-Pontoise au profit de la CACP.

Un commentaire

  1. À l’heure des recherches d’économies tous azimuts, il est une source peu visitée : la gestion du stationnement, souvent confi ée au privé en délégation de service public.
    Or, stationnement de surface et parkings souterrains sont souvent traités ensemble alors que les différences sont notoires. Une plus grande vigilance dans la rédaction des contrats sera source de substantielles économies.

    http://www.calameo.com/read/002698398a574e97d82b8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *